Tago 29 – Stockholm Underground

La brouette remplace la voiture // Archipel de Göteborg

La brouette remplace la voiture // Archipel de Göteborg

Du point de vue où nous nous trouvons, la carte postale est parfaite : soleil, mer, îles, nuages, végétation, moutons (?!) et plages sauvages se côtoient tranquillement. Styrsö est la plus grande des îles formant l’archipel de Göteborg. Nous sommes de l’autre côté de l’île et donc à la moitié de notre petite marche. La vie insulaire paraît alors idyllique : contrairement à Göteborg, il y fait toujours beau; tout le monde se connaît; les gens n’habitent pas les uns sur les autres; et les paysages sont tout simplement superbes. Certes, les trente minutes de bateau et quinze minutes de tram pour se rendre en centre ville dérangeront peut-être les gens pressés. Heureusement pour les habitants de Styrsö, le temps n’a pas la même notion.

Il est 3h du matin et comme la majorité des bars et discothèques suédoises, c’est l’heure de fermeture. Nous nous dirigeons donc vers l’hostel. Alors que nous traversons le pont par Katarinasvägen, une musique attire notre attention. Evidemment, nous reconnaissons instantanément Thriller (pas très original vu la saison…). Nous nous rapprochons de la source et voyons un groupe d’une soixantaine de personnes dansant sous le pont. Les personnes accourent de toutes parts pour faire grossir le groupe. Nous faisons de même. La joie et l’excitation sont palpables. Personne ne se connaît mais tout le monde est dans le même état d’esprit : bouger, danser et chanter, peu importe ce qui se passe autour. Le groupe ne fait plus qu’un.

Le groupe n’est plus composé que d’une trentaine de personnes. Ce sont les hard-core fêtards. Ceux sont eux qui forment le noyeau central de la culture underground de Stockholm. La nuit leur appartient. Et la majorité est gay. Doucement mais sûrement, je m’éloigne du groupe. Je ne me sens pas rejeté mais l’effet euphorisant de la musique est passé. Je marche vers l’hostel. Il est 4h du matin et il fait déjà bien jour. Bonne nuit Stockholm.

Les pieds dans leau // Styrsö

Les pieds dans l'eau // Styrsö

De la viande // Tyrsö

De la viande // Styrsö

Dis bonjour à la caméra // Styrös

Dis bonjour à la caméra // Styrsö

La carte postale // Styrsö

La carte postale // Styrsö

Maximus ! Maximus ! // Styrsö

Maximus ! Maximus ! // Styrsö

Autoroute pour Göteborg // Styrsö

Autoroute pour Göteborg // Styrsö

Centralen // Stockholm

Centralen // Stockholm

Comme une poupée de cire // Stockholm

Comme une poupée de cire // Stockholm

Gamla Stan // Stockholm

Gamla Stan // Stockholm

Photo cliché // Stockholm

Photo cliché // Stockholm

Le Vasa et puis plouf ! // Stockholm

Le Vasa et puis plouf ! // Stockholm

On se la pète grave // Stockholm

On se la pète grave // Stockholm

Love // Stockholm

Love // Stockholm

Hell // Stockholm

Hell // Stockholm

Little Bouddha // Stockholm

Little Bouddha // Stockholm


Tago 23 – On s’arrête au feu rouge

Photo Cliché // Copenhague

Photo Cliché // Copenhague

Je ne comprends pas pourquoi tout le monde me regarde. Je continue d’avancer. Les personnes attendant sur le trottoir s’écartent pour me laisser passer. Après les avoir dépasser, je me retourne et réalise pourquoi j’étais l’objet de tant d’attention : au Danemark, on ne traverse pas lorsque le feu est rouge, même s’il n’y a pas de voiture. Bienvenue en Scandinavie.

Comme beaucoup d’endroits uniques, Christiania est très touristique. Cependant, il y règne toujours une ambiance spéciale, mélange de hippies et d’anarchistes. Un peu comme Amsterdam mais en plus sale, moins joli et moins sage. Je m’y promène depuis une demie-heure et c’est assurément mon endroit préféré à Copenhague.

Il y a six hommes, neuf femmes et un accordéon sur la scène. Tout le monde chante en coeur. Après avoir interprété « La Bohème » suédoise, la petite troupe se met à chanter une tyrolienne locale, et en canon s’il vous plaît. Je ne peux m’empêcher de sourire. La chanson est terminée. Le leader s’avance, dit quelque chose en suédois et se met à émettre le même son qu’une scie musicale. C’est certes impressionnant mais j’ai déjà vu mieux (ou pire). Le leader termine. Le public applaudit. Une petite femme en robe marron chocolat à franges s’avance alors. Elle balbutie quelque chose en suédois. Un sourire mesquin se dessine alors sur mon visage. Et là, comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, c’est la grosse claque. Une voix puissante et profonde transperse l’intégralité de lámphitéâtre. Cela a beau être du suédois, pour moi cela ressemble plus à un chant indien qu’autre chose. A côté d’elle, Alela Diane est aphone. J’en frissonne encore.

Danhostel // Copenhague

Danhostel // Copenhague

Andersens Boulevard // Copenhague

Andersens Boulevard // Copenhague

Vue de nuit de lhostel // Copenhague

Vue de nuit de l'hostel // Copenhague

Ecoute mon fils // Copenhague

Ecoute mon fils // Copenhague

Andersens veut samuser // Copenhague

Andersens veut s'amuser // Copenhague

Lost in Sponsors // Copenhague

Lost in Sponsors // Copenhague

Christiana // Free city of Christiana

Free city of Christiana // Copenhague

Improvisation Théâtrale // Malmö

Improvisation Théâtrale // Malmö

Repos Viking // Malmö

Repos Viking // Malmö

Anthony Joseph & The Spasm Band // Malmö

Anthony Joseph & The Spasm Band // Malmö

La gare // Lund

La gare // Lund

La culture à la base // Lund

La culture à la base // Lund

Vers 1850 en Suède // Lund

Vers 1850 en Suède // Lund

Autoportrait // Lund

Autoportrait // Lund

DUyuni à Lund // Lund

D'Uyuni à Lund // Lund