Tago 39 – FGV (Finlande à Grande Vitesse)

Cest pas moi qui le dit // Naantali, Finlande

C'est pas moi qui le dit // Naantali, Finlande

Je suis un peu déçu. Je m’étais habitué au naturisme des saunas finlandais. Néanmoins, cela reste très plaisant, même en maillot. Comme chaque famille finlandaise, Marjaana possède un summer cottage, châlet en bois typique, dans la fôret, près d’un mignon petit lac et avec un sauna finlandais authentique (pierres chauffées au feu de bois). Je sors du sauna pour la deuxième fois et, tradition oblige, je plonge dans le lac. Bon d’accord, c’est plus par plaisir que par tradition. Je dérive tranquillement sur le dos et m’imagine la sensation que cela doit être, en plein hiver, de faire un trou dans la glace et de sauter dans l’eau gelée. Bon, le seul problème, c’est qu’en hiver, il n’est pas possible de faire un barbecue. Et celui de cet après-midi était délicieux.

Plus grand sauna à vapeur du Monde. La promesse était alléchante. La réalité l’est beaucoup moins. Certes, le sauna est grand avec ses quatre étages de bancs et sa soixantaine de places assises. Mais évidemment, je m’attendais à plus. Je me trouve prêt du poêle et mon voisin balance de l’eau sur les pierres pour augmenter la chaleur. Dix secondes plus tard, un autre finlandais entre et jette de l’eau sur les pierres, juste par réflexe. La chaleur est élevée mais supportable. Tout le monde parle, c’est convivial. Mon voisin engage la conversation en finlandais. Nous continuons en anglais. Mes dix minutes sont passées. Je sors avec ma serviette, me dirige vers le ponton et m’apprête à enlever ma serviette et sauter dans l’eau lorsque je me rends compte que les gens sont en maillot. Pfff, tout se perd.

Shhhhhcrit. Un objet non identifié jaune fluo vient de traverser le feuillage des arbres situés cinq mètres devant moi. En revenant légèrement sur mes pas, j’aperçois la source de l’ovni coloré : un groupe de cinq jeunes jouant au frisbee se trouve un peu plus bas. Je les suis pendant cinq minutes et comprends qu’ils sont en train de jouer au golf-frisbee. Nous sommes dans la fôret, il y a un petit tapis de faux gazon indiquant le départ et, environ cent mètres plus loin, une espèce de panier métallique entouré de chaines détendues. Evidemment, le but du jeu est de mettre le frisbee dans le panier avec le moins de lancers possibles. C’est très geek; j’aime ça. Il n’y a pas à dire, ils sont vraiment différents ces finlandais.

Comme souvent, les photos postées imagent très peu mes propos. Mais bon, je ne suis pas sûr que mon appareil photo soit sauna-proof. D’autre part, une fois Helsinki quittée, je suis allé très vite jusqu’au Nord de la Finlande (et de la Norvège), en passant par Turku, Tampere, Kuopio et Rovaniemi en six jours; d’où le titre.

De Lyon à Turku // Naantali, Finlande

De Lyon à Turku // Naantali, Finlande

Décollage à lApollo // Turku, Finlande

Décollage à l'Apollo // Turku, Finlande

Summer Cottage // Pas loin de Salo, Finlande

Summer Cottage // Pas loin de Salo, Finlande

Alma // Summer Cottage, Finlande

Alma // Summer Cottage, Finlande

Un canal // Tampere, Finlande

Un canal // Tampere, Finlande

Polaria // Rovaniemi, Finlande

Polaria // Rovaniemi, Finlande

Luge dété // Rovaniemi, Finlande

Luge d'été // Rovaniemi, Finlande


Tago 32 – A poil !

Autoportrait sur le port // Helsinki

Autoportrait sur le port // Helsinki

C’est lorsque l’on ne s’y attend plus qu’il frappe par surprise. Après pratiquement trois semaines de voyage en Scandinavie, le choc culturel m’éclate en pleine face. Bon, je casse tout de suite le suspense car en réalité, il n’y a rien de transcendant. Il est 20:40 et les hôtesses de l’air du Stockholm – Helsinki sont en train de servir le dîner. Et 20:40, c’est l’heure à laquelle l’avion aurait dû décoller. Pour faire court, le vol est parti avec vingt minutes d’avance. En Scandinavie, le retard n’est même pas envisagé; la ponctualité déjà has-been.

Je me lève péniblement. Je vais dans la salle de bain, trempe mes mains sous l’eau froide et me donne de gentilles petites claques pour me réveiller et me donner du courage. J’enfile mon maillot, un tshirt, me glisse dans mes tongues et prend ma serviette. Après avoir descendu les escaliers, traversé la cour et suivi les indications, je me retrouve devant la porte recherchée. Je tape le code donné. J’enlève mon tshirt et me dirige vers la seconde porte sur laquelle est écrit « Maillots de bain interdits ». Cela ne me surprend pas car je m’y attendais. Je tombe donc le maillot et entre dans le sauna. Bienvenue en Finlande.

J’ai comme un mauvais pressentiment. Cela est souvent difficile à expliquer mais dans le cas présent, je suis à peu près certain que cela vient de la centaine de personnes en train d’attendre le ferry pour Suomenlinna, une des îles d’Helsinki. En effet, depuis que je voyage, j’essaie d’éviter les touristes, surtout les beaufs; et là je suis gâté. Quinze minutes plus tard, je me trouve sur l’île et mes craintes s’avèrent fondées : les touristes sont partout, multitude de petits points colorés parlant fort et engueulant leurs gamins. J’essaie de m’éloigner du bruit. Une famille française passe devant moi et j’entend la mère dire : « par là, c’est le musée des costumes ». Je n’ai pas la motivation de lui dire que custom en anglais ça veut dire douane. La famille emprunte un petit chemin qui me paraît intéressant. Je les suis et là, c’est la bonne surprise de Suomenlinna : la côte est magnifique et à part quelques finlandais faisant bronzette, aucun touriste à l’horizon. En définitive, j’ai bien fait de venir.

Ils sont partout // Kiasma Museum, Helsinki

Ils sont partout // Kiasma Museum, Helsinki

Le Grand Journal en Suomi // Kaapeli, Helsinki

Le Grand Journal en Suomi // Kaapeli, Helsinki

Ca pousse // Suomenlinna, Helsinki

Ca pousse // Suomenlinna, Helsinki

Fenêtre sur le monde // Suomenlinna, Helsinki

Fenêtre sur le monde // Suomenlinna, Helsinki

Petit bateau // Suomenlinna, Helsinki

Petit bateau // Suomenlinna, Helsinki

Mais où est Charlie ? // Helsinki

Mais où est Charlie ? // Helsinki