Kimchi d’automne

 

Automne // Seoul

Le froid me transperce de toutes parts alors je marche vite, la capuche baissée et les mains dans les poches. Je passe devant de nombreux restaurants et convenient stores encore ouverts. C’est ma deuxième nuit en Corée du Sud, il est 3h du matin et je trouve cela génial d’être dans une ville qui ne dort pas. J’accélère le pas et quelques minutes plus tard, l’enseigne apparaît au coin de la rue. Je m’arrête à l’entrée et lève la tête. Le bâtiment fait au moins 5 étages. Je rentre, paie 8€, me rends au vestiaire, me déshabille et descends aux bains. Je pousse la porte, traverse les vapeurs d’eau chaude et m’assoie devant l’une des nombreuses douches pour me laver. Une fois savonné et rincé, je me lève et rentre dans un des huit bains d’eau chaude, celui aux herbes médicinales. Et là, le temps qui avait ralenti depuis mon entrée dans le bâtiment, s’arrête. L’eau est à la limite de me brûler mais la sensation de bien être est trop enveloppante pour m’en soucier. Et même les passages répétés dans le bain d’eau froide entre chaque bain chaud ou session de sauna n’enlèvent rien à l’effet apaisant du lieu. La suite est plus banale : le Silloam se compose de cinq étages mixtes incluant des endroits pour dormir, regarder des DVD, lire, un Internet café, des snacks, des saunas, une salle à oxygène, une ice room et j’en passe. J’ai maintenant sommeil. Je monte au dernier étage et m’allonge sur un tatami. Je m’endors tranquillement en pensant que je peux à la fois inclure et rayer un item de ma bucket list : le Jjimjilbang.

Contrairement à ce que je pensais, c’est moins caoutchouteux et plus juteux. Comme à chaque fois, le plus dur est de faire abstraction de la nature de l’aliment. L’excellent goût de noisette qui apparaît très fort dès le début et la texture, plutôt banale, me font très vite oublier que je viens d’avaler est un ver ; ou une larve, je ne sais pas trop. Jim, comme je l’ai appelé, n’est pas représentatif de l’art culinaire coréen mais mérite d’être mentionné. Il est 11h38. J’arrache le sachet de marrons chauds achetés à la vendeuse qui m’avait fait goûté Jim et cours en direction du parking. Si j’ai bien compris, le bus part à 11h40 et, en langage coréen, cela signifie que le bus part vraiment à 11h40. C’est donc tout transpiré que je m’installe dans le bus qui démarre. Après une gorgée d’eau, je regarde, un peu frustré, mes doigts noirs et brûlés. Ce n’est pas de la fainéantise mal placée : en Corée du Sud, les marrons chauds vendus dans la rue sont généralement déjà épluchés. Certains vont dire que cela leur enlève tout leur charme. Pas moi. Pas ici. Et c’est pour ça que j’aime la Corée du Sud.

Vidéo du voyage : http://vimeo.com/19165044

 

Vue du café // Seoul

Inwangsan // Seoul

Bouddha on the path // Seoraksan

Power Ranger ! // Sokcho

Bulguksa // Gyeongju

Bulguksa // Gyeongju

Bulguksa // Gyeongju

Choix difficile // Gyeongju

Tumulus, tombes royales // Gyeongju

Emplacement de pêche // Jeodong

Crunch // Jeodong

Bonne journée // Jeodong

Seiche séchant // Ulleungdo

A table // Ulleungdo

Auberge de jeunesse (dorée) // Busan

Vue depuis Pobi's Guesthouse // Busan

Pobi // Busan

Bon appétit // Busan

Bon appét.... // Busan

Ventouses // Busan

Némo // Busan

Des grosses moules // Busan

Dites Kimchi // Jeonju

Salut ! // Jeonju

Kaki sur toit // Jeonju

Hot -kimchi- Dog // Jeonju

Chat l'exorciste // Jeonju

Dessert japonais // Seoul

Repas coréen // Seoul

Alien coréen // Seoul


One Comment on “Kimchi d’automne”

  1. Soisic dit :

    Magnifiques ces photos, on est tous fans !!!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s