Asia 106 – Angkor What?

Angkor Wat 1 // Angkor, Cambodge

Je sourcillait à peine. Il faut dire qu’après l’Indonésie, je m’étais habitué aux contacts dans les moyens de transport. Lorsque je voyageais avec 17 personnes dans un mini-bus homologué pour 9, il était normal qu’un grand-père fasse la sieste sur mon épaule, que reposent sur mes genoux 2 poulets et que la partie droite de mon corps échange sa transpiration avec celle d’une mère et sa petite fille. Bref, ce n’est pas le sujet et le fait est qu’au début, cela ne m’avait pas choqué que mon voisin pose sa main sur mon genou. Cela ne m’avait pas plus dérangé lorsqu’il commençait à tapotter ses doigts sur mon genou au rythme de la musique. Par contre, je l’ai poliment mais fermement dégagé lorsque le tapottement s’était transformé en caressement. Je ne savais pas si les cambodgiens étaient friands des étrangers mais en tous cas, avec l’épisode de la veille, ma côte de popularité était plutôt élevée. Ah, je viens de me rendre compte que je n »ai pas raconté l’épisode du vieux gay de Kratie avec ses deux petits copains horriblement laids. Pas grave.

Tous les éléments étaient réunis : un endroit magique, des nuages aux nuances artistiques, une étendue d’eau pour le reflet et une douce lumière orangée. Et pourtant, le lever de soleil à Angkor Wal laissait un goût amer. Partager ne m’avait jamais posé problème mais lorsqu’il fallait le faire avec un millier d’autres personnes, cela était une autre histoire. Rebelote 12 heures plus tard pour le coucher de soleil à Bakheng. Heureusement, entre les deux, les nombreux autres temples étaient plus tranquilles et à certains endroits, il était même possible de cadrer une photo sans touriste. Si certains endroits sont populaires, c’est qu’il y a une raison. Et bien que l’endroit ait perdu en authenticité, Angkor reste magique et incontournable. Petite note personnelle au passage : la prochaine fois, choisir le pass 3 jours et prendre le temps de visiter les temples lointains.

C’était la première fois au Cambodge. Peut-être même depuis l’Indonésie. Non, là j’exagère énormément. Le fait est que je souriais bêtement sans savoir pourquoi. Cela signifiait qu’une chose : j’étais heureux et je me sentais bien dans cette ville. Bien que ne pouvant pas l’expliquer, au cours de mes voyages, j’avais appris à reconnaître et apprécier ces moments de joie intense. En effet, Phnom Penh n’avait rien à offrir de particulier, si ce n’est son énergie et ses rues vides d’étrangers; ou remplies de locaux comme diraient les optimistes.

Angkor Wat 2 // Cambodge

Angkor Wat 3 // Cambodge

Bayon Temple 1 // Cambodge

Bayon Temple 2 // Cambodge

Reprendre ses droits // Cambodge

Ta Prohm // Cambodge

Coucher de soleil // Bakheng

Jamais seul // Bakheng

Apparemment, il y a une mosquée au Cambodge // Phnom Penh, Cambodge

Cambodgiens au travail // Phnom Penh

S21 (cliquez sur l'image) // Phnom Penh

Consignes de sécurité (cliquez pour voir en plus grand) // Phnom Penh



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s