Tago 13 – Apprenez le néerlandais

Sexy couple perdu dans la ville // Maastricht

Sexy couple perdu dans la ville // Maastricht

Les français utilisent le vélo pour se déplacer. En plus de cette fonction basique, à vélo,  les néerlandais boivent, mangent, parlent, chantent, portent des choses, lisent (avec les deux mains), jouent à la Nintendo DS et roulent leur cigarette. Je ne m’étonne donc même plus de voir une gamine dormir dans la « remorque » avant, pas plus que d’y voir un chien, un bébé ou deux. Je croyais avoir vu beaucoup de vélos à Maastricht. Me trouvant actuellement sur Kerkstraat à Amsterdam, je me rends compte qu’il n’en était rien. C’est simple, tous les néerlandais ont un vélo. C’est plus qu’un moyen de transport. C’est une extension de leur cul.

On na pas une vie facile // Maastricht

On n'a pas une vie facile // Maastricht

« No picture, no picture » me lancent amicalement la demi-douzaine de jeunes glissant tranquillement sur l’Amslet River, confortablement étendus dans leur barque grand luxe, en train de siroter une coupe de champagne. Je ne sais pas si c’est à cause des vacances, mais les Amstellodamois (celui-là, je ne l’aurais jamais trouvé sans wikipédia) son souriants, aimables, festifs et relax à la fois. Il est vrai que le temps magnifique aide beaucoup à faire sortir les gens de leur étroite maison. Et j’avoue que manger et boire un verre entre amis autour d’une table posée sur le pas de la porte a quelque chose d’attirant. Bref, nos amis d’Amsterdam sont contents et c’est agréablement contagieux.

Et pour ceux qui se posent la question, la réponse est oui.

Cliché // Amsterdam

Cliché // Amsterdam

Vélo ou bateau ? // Amsterdam

Vélo ou bateau ? // Amsterdam

Ambiance // Amsterdam

Ambiance // Amsterdam

Papa Bogdanov // Amsterdam

Papa Bogdanov // Amsterdam

Restaurant Mappa // Amsterdam

Restaurant Mappa // Amsterdam

Dampking // Amsterdam

Dampkring // Amsterdam

Rue fantôme // Amsterdam

Rue fantôme // Amsterdam

Red Light // Amsterdam

Red Light // Amsterdam


Tago 9 – Art, Nature et Musique

(Désolé mais depuis la nouvelle mise en page, le blog est moche pour ceux qui le reçoivent par email.)

Saut de fils // Metz

Saut d'Ariane // Metz

J’aime quand l’art est interactif. C’est donc avec grand plaisir que je me vautre sur une énorme pelote de fils. C’aussi intrigué qu’amusé que je suis ce fil noir d’Ariane, courant au travers des différents étages du bâtiment. Vingt minutes plus tôt, je me trouvais devant un écran sur lequel une violoncelliste faisait un duo avec son propre écho, répercuté par la vallée qu’elle surplombait. Simple mais efficace. Et comme on dit : il fallait y penser. Bref, je suis arrivé à Metz sans aucun préjugé et j’en suis revenu avec une très bonne impression.

Illusion // Metz

Illusion // Metz

On me l’avait dit mais je n’en avais jamais fait l’expérience : il n’y a rien de plus beau que la lumière en fôret juste après la pluie. Les verts sont vifs et les marrons luisants. Le relief est extraordinaire et l’ambiance magique. Non vraiment, il n’y a pas à tortiller du cul. Les ballades en forêt entre deux pluies, c’est vraiment cool. D’autant plus si l’on est bien accompagné.

Ballade en fôret // Echternach

Ballade en fôret // Echternach

La musique est omniprésente aux pieds des bâtiments luxembourgeois pour la Fête Nationale. Comme pour la Fête de la Musique, groupes et DJs sont descendus dans la rue et chacun se donne à fond. Le corps se met donc à bouger, lentement mais sûrement, pour ne plus vouloir s’arrêter. Et puis le jour se lève et les esprits se relâchent, fatigués mais souriant car heureux. J’en oublierais presque que le plus beau feu d’artifices que j’ai jamais vu a été tiré un 22 Juin 2009, d’une ville-pays appelée Luxembourg.

Danke schön.

Jazz au Scotts // Luxembourg

Jazz au Scott's // Luxembourg

Pendant la parade // Luxembourg

Pendant la parade // Luxembourg

Fête du Duc // Luxembourg

Fête du Duc // Luxembourg


Tago 4 – La Zone Tampon

Olive à Euromed // Marseille

Olive à Euromed // Marseille

Je suis arrivé il y a environ deux heures, content mais pas « extasié » de retrouver Marseille, après quatre ans de ballades. Je me trouve actuellement à Euromed, lieu de nombreux et excellents souvenirs. Inutile donc de préciser qu’une intense chaleur de joie m’habite et qu’un sourire béat et niais marque mon visage. Non, ce qui est vraiment intéressant, c’est ce qui s’est passé entre les deux, entre ma période « content mais sans plus » et ma période « joie extrême ». Cette zone tampon est difficile à décrire car subtile. Cela ressemble à une légère compression totale du corps, comme un mini étouffement. C’est un sentiment de douce mélancolie, une chaleur froide, celle qui nous fait frissonner lorsque l’on a chaud. La zone tampon est de loin la période que je préfère. C’est celle dans laquelle on attend avec impatience mais également avec appréhension, car elle nous fait entrevoir l’éventualité d’un changement des choses telles qu’on les connaissait auparavant. La zone tampon nous fait peur, car elle révèle une réalité que l’on veut préfère souvent ignorer; celle qui nous fait dire : merde, moi aussi j’ai changé.

Tourist Style // Marseille

Tourist Style // Marseille

Zone pavillonnaire à l’architecture terne et morne; gazoduc (ou oléoduc) s’étirant sur plusieurs kilomètres; usines sinistres; poteaux électriques à perte de vue et nuages imperméables au soleil. Bien que je n’aime pas critiquer sans connaître, il faut avouer que la région Hagondange – Thionville n’est vraiment pas à son avantage. Heureusement, je viens d’arriver à la gare de Luxembourg, et bien que le temps ne se soit pas arrangé, l’ambiance à l’air bien meilleure.

Fontaine // Aix-en-Provence

Fontaine // Aix-en-Provence

Chillin // Aix-en-Provence

Chillin' // Aix-en-Provence

Hein ? // Aix-en-Provence

Hein ? // Aix-en-Provence


Intermède – Le même, mais en différent

Sonkajärvi, Championnat de porté de femme

Sonkajärvi : Championnat de porté de femme en Finlande

Départ lundi pour un petit voyage de presque deux mois en Europe, principalement en Scandinavie. Pour cette occasion, le blog fait peau neuve. A part le léger ravalement de façade, le concept et le fond restent inchangés : un article sera posté environ tous les quatre jours et mon avancement sera indiqué dans le titre (« jour » sera remplacé par « tago », son homologue espéranto, afin de ne pas confondre avec les anciens articles).

Il est toujours possible de s’abonner gratuitement, afin de recevoir les articles dès leur sortie, directement dans sa boîte email. Pour cela, il suffit de cliquer sur « s’abonner » en haut du site (si vous l’êtes déjà, ce n’est pas la peine de se réabonner). Et pour ceux qui veulent lire le blog depuis le début, c’est par ici.

Bonne lecture.